Plaute

Né vers 254 av. J.-C. à Sarsina (aujourd’hui en Émilie-Romagne) et mort en 184 av. J.-C à Rome. Le premier des grands écrivains comiques de la littérature latine, très renommé de son vivant, a laissé une large postérité. La vie de Plaute est mal connue, surtout ses débuts, et il semble qu'une partie des informations disponibles ait été calquée sur les intrigues de ses comédies.

 

La comédie en manteau grec

 

Une vingtaine de ses pièces nous sont parvenues, avec les fragments d’une trentaine d’autres.

Ses pièces où sont privilégiés l’humour, l’espièglerie et la vulgarité, accordent une place centrale à la figure de l’esclave ou du parasite. Cette figure sera le modèle des serviteurs astucieux de la comédie élisabéthaine et des comédies de Molière. Il s’est lui-même largement inspiré des auteurs grecs, notamment de la comédie nouvelle de Ménandre, grâce à la contaminatio, mélange d'éléments de deux pièces-sources ou plus. On appelle ça la Comaedia Palliata, c.-à-d. la comédie en pallium ou manteau grec : les lieux, les noms des personnages sont grecs. En revanche le fond est typiquement romain.

Il écrit dans un style familier, se distingue par l'emploi d'archaïsmes et de proverbes, le ton simple de la conversation de tous les jours plutôt que la régularité formelle du discours oratoire ou de la poésie. Les comédies de Plaute abondent également en calembours et jeux de mots.

 

Plaute après Plaute

Dénigré par Horace et Quintilien dans l’Antiquité, il inspire de nombreuses comédies du xvie et xviie siècle. Les Ménèchmes, particulièrement, inspireront la Comédie des erreurs de Shakespeare, et seront adaptés plus ou moins fidèlement par de nombreux dramaturges (Rotrou, Le Noble, Regnard…).

 

(Source image : devoir-de-philosophie.com)